Fiat purifie son portefeuille en vendant son équipementier Magneti Marelli

Avant sa mort, l’ancien patron du groupe Fiat Chrysler Automobile (FCA), Sergio Marchionne, avait décidé de « purifier » le portefeuille du groupe. L’une des étapes pour y arriver était la vente de l’une de ses filiales historiques : son équipementier Magneti Marelli.

C’est chose faite !

Son successeur, Michael Manley, n’a pas trainé pour finaliser l’opération lancée avant la mort de l’ancien patron de FCA.

Sous réserve de l’approbation des autorités de la concurrence, la vente devrait être bouclée début 2019 et rapporter 6,2 milliards d’euros au groupe. La filiale de FCA sera vendue au groupe japonais Calsonic Kansein, détenu par KKR – fonds d’investissement américain.

Création du 7e équipementier d’envergure mondiale

Magneti Marelli est un spécialiste de l’éclairage, des systèmes de transmission et des  équipements électroniques de pointe. C’est aussi une grande entreprise internationale avec plus de 40 000 employés dans 21 pays possédant plus de 85 usines et 14 centres de recherche. L’année dernière, l’équipementier avait réalisé 8,7 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

D’après Mike Manley, « cette association avec Calsonic Kansei est apparue comme une occasion idéale d’accélérer la croissance future de Magneti Marelli ». Dans un communiqué commun, les 3 entreprises ont ajouté que « la transaction représente une occasion unique pour combiner deux entreprises à succès, qui enregistrent à elles deux un chiffre d’affaires annuel de 15,2 milliards d’euros ». Le nouvel ensemble, baptisé Magneti Marelli-CK Holdings, pourrait devenir « le 7e fournisseur indépendant de composants automobiles au monde ».

Magneti Marelli CK Holdings sera dirigé par l’actuel PDG de Calsonic Kansei, Beda Bolzenius, qui a déclaré que « ces dernières années, notre industrie a traversé une période d’importants changements et la prochaine phase sera encore plus dynamique. Ensemble nous bénéficierons d’une présence géographique et de lignes de produits complémentaires ».

Quelles conséquences sur l’emploi en Italie ?

Alors que le siège social de Magneti Marelli est en Italie, de nombreux syndicats s’inquiètent de l’impact d’une telle vente sur les emplois du secteur.

Il y a une semaine, redoutant un impact négatif sur les effectifs de l’entreprise une fois celle-ci vendue, le syndicat métallurgiste italien Fiom avait demandé au gouvernement populiste d’intervenir dans ce projet de cession.

Hier, les réactions syndicales étaient plutôt positives puisque FCA s’est engagé dans un « partenariat de plusieurs années » avec la nouvelle entité, ce qui devrait maintenir le niveau de l’emploi dans les sites transalpins et du siège.

L’opération a été saluée en bourse car le titre termine en hausse de près de 3 %

L’opération a été saluée en bourse par un saut de 6 % en début d’après-midi – plus forte hausse de l’indice du secteur automobile européen qui ne gagnait que 0,85 % au même moment.

Les cours de FCA ont perdu un peu de momentum puisque le titre ne termine qu’à environ + 3 %. Malgré les risques de concurrence, les équipementiers européens ont également profité de la nouvelle comme Continental, Valeo, Faurecia, ou encore Plastic Omnium.

Les investisseurs semblent satisfaits du prix obtenu par la société. Cette vente va permettre de renforcer la trésorerie de FCA et qui sait, peut être pousser la société à des rachats d’actions. Cette opération rassure également les investisseurs quant à la capacité de la nouvelle direction à mener à bien des négociations et à conclure des accords fructueux.

La hausse des rendements obligataires pèse sur les marchés mondiaux

Les actions chinoises ont connu leur pire journée hier depuis plus de trois mois. Alors que les investisseurs revenaient sur les marchés après une semaine de vacances nationales, ils ont entrainé la majorité des indices boursiers mondiaux à la baisse – sans parler de la forte hausse des rendements obligataires américains.

Les principaux indices boursiers mondiaux sont sous pression avec la hausse des taux d’intérêt aux Etats-Unis qui représente un élément défavorable aux actifs risqués comme les actions. Ce matin, les bourses européennes ont tenté de rebondir après une journée terminée dans le rouge lundi mais la légère hausse est difficile à tenir.

En effet, après le récent sell-off sur le marché obligataire, les rendements du Trésor Américain ont atteint des sommets. Les investisseurs craignent donc que le marché ne se dirige vers une rotation, ou un rééquilibrage des portefeuilles, où les investisseurs se retirent des actifs plus risqués pour détenir des actifs sans risque, qui représentent une option de placement plus attrayante.

Comme décrit dans notre analyse précédente, la Fed a remonté ses taux d’intérêt en septembre pour la 8e fois depuis décembre 2015. Jerome Powell, gouverneur de la Réserve Fédérale, se dit optimiste sur la situation de l’emploi américaine, sur l’évolution de l’inflation vers l’objectif des 2 % et sur la solidité de la croissance aux Etats-Unis.

Les projections de la Fed ainsi que les commentaires de ses membres ont alimenté cette poussé des rendements au sein du marché obligataire. En effet, les investisseurs s’attendent désormais à un durcissement de la politique monétaire américaine au vue de la conjoncture économique favorable des Etats-Unis.

Par ailleurs, le président de la banque centrale de New York, John William, a déclaré la semaine dernière qu’il y avait encore « du chemin à faire » avant que la politique monétaire américaine (notamment les décisions concernant les taux d’intérêt) ralentisse l’économie de la 1ère puissance mondiale.

Il se pourrait donc que les taux remontent plus rapidement que prévu, ce qui rend les obligations beaucoup plus attractives que les actions, propulsant les rendements des obligations et faisant chuter le marché des actions.

Hier, l’indice de volatilité CBOE (le VIX, aussi appelé l’indice de la peur) a d’ailleurs progressé pour une 3e journée atteignant le niveau des 18. Généralement, le VIX augmente lorsque la nervosité des investisseurs s’intensifie et que le marché des actions baisse.

En Allemagne, le Dax évolue aujourd’hui sous le seuil important des 12 000 points, ce qui pourrait être le signal d’une baisse encore plus marquée. Le CAC 40, actuellement sous les 5 300 points, évolue désormais vers le bas d’un canal dans lequel il se situe depuis mai dernier.

CAC 40
CAC 40

Hier à la clôture, l’indice français entrait en territoire négatif sur l’année, abandonnant plus de 0,25 % sur 2018.

La semaine dernière les cours ont croisé la moyenne mobile à la baisse avec de longues bougies baissières (marubozu). Les prix de l’indice de référence français se situent également près de la bande inférieure des bandes de Bollinger avec un RSI sous le niveau des 50.

La baisse devrait se poursuivre vers le support à 5 246,5 points et la réaction des cours sur ce niveau sera importante pour déterminer la tendance pour la fin de l’année.

Les données positives sur le PIB de l’UE poussent les actions européennes à la hausse

Après la baisse de lundi, les marchés boursiers européens se stabilisent. Le Dax a grimpé au-dessus du niveau des 17000, mais il devrait être pire que le FTSE 100, qui se déplace à la hausse en raison de la dépréciation de la livre. Les bourses dans les pays périphériques de la zone Euro ont enregistré la meilleure performance, avec le FTSE MIB qui gagne 0,75% après la forte baisse subie lors de la séance de lundi en raison des nouvelles inquiétudes sur le secteur bancaire italien. Les données de la zone euro publiées dans la journée d’aujourd’hui ont confirmé que l’inflation tend à augmenter. Les résultats ne vont pas augmenter la pression sur la BCE et, au moins pour le moment, le programme d’assouplissement quantitatif de l’Eurotower ne sera pas supprimé.

La baisse des marchés boursiers a, cependant, continué en Asie, avec le marché japonais en déclin suite à la décision de la Banque du Japon de maintenir la politique monétaire inchangée. Cependant, la banque centrale japonaise a révisé en positif ses prévisions de croissance, en profitant d’un effet positif Trump. En Chine et à Hong Kong, les bourses sont toujours fermées pour les vacances du Nouvel An lunaire. Alors qu’en Europe la nervosité causée par Trump semble disparaître, les marchés américains sont en baisse. Enfin, le prix du pétrole est baissé, avec le WTI en dessous de 53 $ le baril.

Le PIB de la zone Euro du quatrième trimestre dépasse les attentes

Le PIB de la zone euro au quatrième trimestre a dépassé les attentes avec une variation trimestrielle de 0,5%, tandis que le chiffre pour le troisième trimestre a été corrigé à la hausse à partir u premier 0,3% à 0,4% sur une base trimestrielle. En Espagne, la lecture du PIB, publié hier, marque 0,7% sur une base trimestrielle, tandis qu’en France, le chiffre est de 0,4% sur une base trimestrielle. Enfin, en jugeant les données préliminaires tout au long de 2016, au cours du quatrième trimestre, la croissance en Allemagne a été solide. Cela confirme que la reprise de la zone euro continue non seulement, mais est en pleine expansion. Au quatrième trimestre, la croissance semble avoir été tirée par la consommation et les investissements en hausse. En outre, les chiffres du chômage, publiés dans la journée d’aujourd’hui, étaient meilleurs que les attentes à 9,6%, ce qui est le taux le plus bas depuis 2009. Augmentent, par conséquent, les arguments qui soutiennent les critiques du programme d’assouplissement quantitatif de la BCE, en particulier compte tenu de l’augmentation de l’inflation.

L’inflation de l’indice harmonisé de la zone euro des prix à la consommation pour le mois de Janvier a été plus élevée que prévu, passant de 1,1% en Décembre à 1,8% sur une base annuelle. Les données de l’Espagne et de la France suggéraient que la lecture de la zone euro aurait surpris à la hausse. Le taux de 1,8% est globalement conforme à la définition de stabilité des prix de la BCE, mais en dessous de la cible de 2%. Pendant ce temps, en Espagne, l’indice harmonisé des prix à la consommation est beaucoup plus élevé, atteignant 3%. À ce jour, l’augmentation du taux d’inflation dans la zone euro est principalement due à des effets de base des prix de l’énergie, qui en Janvier ont augmenté de 8,1% sur une base annuelle après l’augmentation de 2,6% annuel du mois précédent. L’inflation de base reste stable à 0,9% sur une base annuelle, ce qui est le chiffre sur lequel Draghi et la BCE se concentreront pour défendre le programme d’assouplissement quantitatif, qui voit l’achat de titres étendu à l’année prochaine. Francfort a, en effet, annoncé que le plan se poursuivra jusqu’à la fin de 2017 et sera conclu progressivement.

EUR/USD analyse technique de mi-séance pour le 31 Janvier 2017

À la mi-séance, la paire EUR/USD est négociée légèrement à la hausse. Le marché est également dans la plage hier, ce qui suggère l’indécision des investisseurs et une volatilité imminente. Hier, l’euro a enregistré une large gamme en réaction à la volatilité du dollar américain et une baisse significative des marchés boursiers américains.

Analyse technique

Sur le graphique journalier intermédiaire la tendance principale est à la hausse, cependant, le momentum s’est déplacé à la baisse lundi. Un mouvement à travers 1.0775 signalera une reprise de la tendance haussière.

La zone de retracement principale est entre 1,0606 et 1,0668. Le marché a testé avec succès ce domaine lundi. La clôture au-dessus de la zone donnera à l’EUR/USD biais haussier.

La gamme à court terme est entre 1,0775 et 1,0619. Son niveau des 50% ou niveau pivot est 1,0697. Aujourd’hui, ce prix contrôlera probablement la direction du marché.

La gamme intermédiaire est entre 1,0339 et 1,0775. Sa zone de retracement entre 1,0557 et 1,0506 est l’objectif principal à la baisse. Un test de cette zone permettra d’atteindre l’objectif du 24 Janvier, l’inversion du prix le plus haut de clôture. Puisque la tendance principale est à la hausse, attendez-vous de voir un rebond technique au premier test de cette zone.

Prévisions

Basé sur le prix courant à 1,0707, la direction de la paire EUR/USD sera déterminée par la réaction des traders au niveau pivot à 1,0697.

Une cassure au-dessus 1,0697 signalera la présence d’acheteurs. Cela pourrait créer un momentum suffisamment haussier pour contester des angles descendants à 1,0725 et 1,0750. Ce dernier est le dernier angle de résistance potentiel avant le plus haut à 1.0775.

Il y a un angle ascendant à 1,0739. Une cassure au-dessus de cet angle indiquera que l’achat se renforce.

Une cassure en dessous de 1,0697 indiquera la présence de vendeurs. Cela pourrait déclencher une cassure du niveau de Fib principal à 1.0668. Ceci est aussi le point de déclenchement pour une accélération vers le plus bas d’hier à 1.0619 et le niveau des 50% principal à 1,0606.

Tout au long de la séance, observez l’action des prix et analysez le flux des commandes à 1,0697. La réaction des traders à ce niveau de prix nous dira si les acheteurs reviennent ou si les vendeurs prennent le contrôle.

Prévisions DAX, 31 janvier 2017, Analyse Technique

Lundi l’indice allemand ouvre en gap baissier, montrant des signes d’épuisement. Il y a un peu de soutien juste en dessous, à partir du niveau des 11 650 €. Le soutien atteint au moins le niveau des 11.500 €, donc je crois que tôt ou tard nous trouverons une bougie de soutien dont nous pouvons profiter. C’est ce que je cherche comme une nouvelle preuve de la cassure qui s’est produite la semaine dernière. Compte tenu de suffisamment de temps, je crois que le DAX puisse atteindre le niveau de 1200 € ci-dessus. Nous n’avons aucun intérêt à aller à court sur ce marché actuellement.

EUR USD Prévisions, 31 Janvier, 2017, Analyse Technique

Lundi, au début de la séance, l’euro est baissier en brisant la moyenne mobile exponentielle à 50 jours. Cependant, puis inverse son cours en montrant de nouveaux signes de vie, donc nous pensons que nous pourrions voir une certaine volatilité sur le marché. Nous croyons qu’il y a encore un sentiment négatif envers ce marché, mais, étant donné que nous étions en mesure de surmonter la moyenne mobile à 100 jours, nous pensons que la paire peut faire un changement de tendance en se déplaçant vers de nouvelles hausses. Jusque-là, vendre les bougies d’épuisement à court terme sera probablement la meilleure façon de négocier ce marché.

Or Prévisions, 31 janvier 2017, Analyse Technique

Lundi, les marchés de l’or montrent un rallye, brisant au-dessus du plus haut du marteau de vendredi. Ceci est un signe très positif et nous reconnaissons que le niveau des 1200 $ agit comme une résistance psychologique légère. Cependant, nous nous attendons à ce que ce niveau soit brisé et le marché pourrait à nouveau ouvrir la voie à d’autres hausses. Contrairement, avec la cassure sous le marteau de lundi, nous aurons un signal très négatif qui déclencherait le marché vers des baisses plus importantes. Cela dit, nous nous attendons à une certaine volatilité dans cette matière première.

Or Analyse Fondamentale pour le 31 Janvier 2017 Prévisions

Lundi, le prix de l’or a augmenté dans le sillage de la demande croissante d’actifs refuges par les investisseurs effrayés par les turbulences sur les marchés des actions, provoquées par la réaction à la décision prise par le président des États-Unis Trump sur l’immigration. Les acheteurs ont essentiellement ignoré la légère hausse du dollar américain au début de séance, mais lors de la clôture le dollar a cassé à la baisse, les achats d’or ont augmenté.

Sur le Comex, les contrats à terme d’or à échéance en Avril clôturent à 1,196.00 $, en hausse de 4,90 $ (+ 0,41%).

Les données économiques des États-Unis lundi sont mélangés, avec l’indice des prix à la consommation PCE de base, qui se situe à 0,1%, conformément aux attentes et à la lecture précédente.

Les dépenses personnelles augmentent de 0,5%, un chiffre au-dessus du 0,4% prévu et du précédent de 0,2%.

Déçoivent cependant les données sur le revenu des particuliers, en hausse seulement du 0,3%, par rapport à 0,4% prévu et révisé après la lecture de + 0,1% du mois précédent.

En hausse de 1,6% les ventes de logements en cours, conformément aux attentes et bien plus de -2,5% de la précédente lecture.

Prévisions

La clôture haussière du marché de l’or et les craintes persistantes générées par l’ordre exécutif sur l’immigration signé par Trump devraient continuer à soutenir le marché mardi, mais, compte tenu de la décision de politique monétaire de la Federal Reserve d’attente pour mercredi, les gains devraient être limités.

Même si la Fed ne devait pas augmenter les taux d’intérêt, cependant, il pourrait révéler des informations sur le calendrier de la prochaine hausse des taux d’intérêt, selon les traders aura lieu en Juin. La décision de la Fed devrait également influer sur la performance du dollar américain.

Si les marchés mondiaux continuaient à céder du terrain, l’or devrait continuer à augmenter quel que soit le sort du dollar. L’aversion au risque à l’heure actuelle est le principal facteur d’influence du marché.

Les traders en or seront également en mesure de réagir aux nouvelles données économiques aux États-Unis, au premier rang le rapport sur la confiance des consommateurs du Conference Board. Selon les prévisions arrivera à 112,6, en baisse par rapport au précédent 113,7.

Au début de la séance seront publiées les données sur l’indice du coût du travail aux États-Unis, attendu à 0,6%, en ligne avec les données du mois précédent.

L’indice sur le prix des maisons S&P/CS Composite-20 devrait être de 5,0%, en baisse par rapport au précédent 55.1 et légèrement supérieure à la précédente 54.6.

Si les actions devaient continuer à céder du terrain, les traders pourraient espérer en une augmentation du prix de l’or, mais limité par les craintes sur l’annonce de la politique monétaire du FOMC prévue pour mercredi.

Le graphique journalier indique comme une zone clé à observer 1.207,60$ – 1202,80$. La réaction des traders à ce domaine nous dira si les achats devraient augmenter, ou s’ils seront les vendeurs à revenir sur le marché

EUR/USD Analyse Fondamentale pour le 31 Janvier 2017 Prévisions

Au cours des dernières 24 heures, l’EUR/USD est passé par une phase oscillante ; après la bonne ouverture d’hier, aidé par un dollar faible sur tous les fronts, la paire, puis a perdu du terrain en fin de journée en réaction à l’augmentation des risques et des craintes mondiales qui ont également pesé sur les autres devises. Le couple s’est alors déplacé dans la direction des plus bas de la semaine dernière à 1,0620 avant de se redresser au cours de la séance de New York et d’atteindre au moment de l’écriture au-dessus du niveau des 1,0700.

La décision de Trump et son équipe d’adopter une nouvelle loi sur l’immigration afin de limiter l’entrée à partir de pays musulmans spécifiques, n’a pas été acceptée trop bien par les marchés, ni par l’opinion publique en général et par les dirigeants du monde entier. On pense qu’il puisse être un signe de ce qui nous attend dans le futur avec l’arrivée du gouvernement Trump et la fermeture progressive des États-Unis, qui semblent ne pas être en mesure de personnifier le rêve américain. Des doutes sur la politique étrangère et économique que la nouvelle administration devra faire face sont la préoccupation pour les marchés boursiers à travers le monde, mais effets que se font bien sentir sur les marchés des changes. Nous croyons que l’EUR/USD continuera à consolider dans le reste de la journée; d’autre part, nous sommes au dernier jour de Janvier, nous serons en mesure d’observer les flux de fin de mois et les ajustements au début de la position de l’année.

Dans le reste de la journée, nous attendons un discours de Mario Draghi au cours de la séance de Londres, mais compte tenu du fait que rarement dans ses discours il fait référence à l’environnement économique de l’euro, l’événement ne doit pas être associé à une forte volatilité.

Les stocks européens s’effondrent sous forme de guerres commerciales et de risques croissants

Malgré les attentes de l’indice de données sur la confiance du sentiment économique, les marchés de la zone euro sont en déclin. Le Dax a chuté à nouveau en dessous du seuil critique du niveau des 18000 et les marchés des pays périphériques de la zone euro ont enregistré la plus mauvaise performance. En Italie, le MIB est sous pression et a perdu plus de 2%. En particulier, les valeurs bancaires sont sous pression, avec UniCredit SpA, la plus grande banque italienne, qui a perdu plus de 5% après l’annonce selon laquelle la BCE a demandé l’amélioration du plan pour la gestion des prêts non performants. La baisse générale des bourses européennes fait partie du cadre plus large de la correction subie par les marchés partout dans le monde en raison de la préoccupation au sujet des guerres commerciales et le risque géopolitique croissant, les facteurs qui pèsent sur la confiance des investisseurs. A l’époque, le DAX se déplace à la baisse et l’indice Euro Stoxx 50 perd environ 1%. Pour une fois, malgré la dépréciation de la livre et de l’augmentation générale de l’aversion au risque, la performance de l’indice FTSE 100 n’est pas pire que les autres indices.

La Grèce n’a pas obtenu la révision de son plan de sauvetage. Les prêteurs ont, en fait, rejeté la proposition du gouvernement d’Athènes, qui a admis que les 2/3 des actions de sauvetage n’ont pas encore été placés. Pour l’UE, il n’y a aucune raison aux “évaluations alarmistes” sur la dette grecque.

Le pétrole brut a gagné 0,4%, passant à 53,40 $ et se rapproche du plus haut intraday de 53,46 $. Celle d’aujourd’hui est la sixième session consécutive dans laquelle le prix a fluctué autour de 53,0 $, avec un plus bas quotidien de 52,84 $. Cette cotation a été touché alors que les marchés assimilés des données qui montrent une nouvelle augmentation du nombre de puits de pétrole actifs aux États-Unis. Apparemment, en Janvier, les membres de l’OPEP ont réduit la production de 900.000 barils par jour, égale à la moitié de la réduction prévue à Vienne. Le désire de l’OPEP de prix à plus des 60 $ est encore loin d’y arriver.

En décembre la confiance de la zone Euro a dépassé les attentes

L’indice Esi de confiance économique zone euro a dépassé les attentes, passant de 107,8 en Décembre à 108,2. Après les diverses données sur l’Allemagne, les prévisions sur l’Esi ont été marquées par la prudence. Cependant, les résultats finaux sont clairement positifs, la confiance des consommateurs qui est corrigée à la hausse à partir d’une lecture préliminaire déjà satisfaisante. En outre, la confiance dans l’industrie et dans les services surprend positivement.

L’inflation des données Länder allemandes était différente. La première publication, sur la Saxe, où le taux a grimpé à 2,3% sur base annuelle, a effrayé les marchés, en faisant glisser le Bund à la baisse. Toutefois, les données sur d’autres États étaient plus équilibrées, montrant que, en Janvier, au moins en Bavière, le taux annuel est resté inchangé, tandis qu’en Rhénanie du Nord – Westphalie a augmenté de seulement 0,2%.