Draghi conserve sa politique monétaire inchangée malgré les risques grandissants

Le gouverneur de la Banque Centrale Européenne (BCE), Mario Draghi, n’a pas permis à l’euro de se ressaisir jeudi dernier, alors qu’il a annoncé que l’institution était prête à continuer progressivement sa stratégie de durcissement monétaire.

En effet, les achats nets au titre du programme d’achats d’actifs de la BCE (APP ou Asset Purchase Programme), qui atteignent actuellement 15 milliards d’euros par mois jusque fin décembre 2018, devraient cesser à ce moment là si les données économiques montrent que les perspectives d’inflation à moyen terme suivent les prévisions et les objectifs de la BCE.

Actuellement, « les données disponibles, quoique légèrement en retrait des anticipations, restent globalement compatibles avec une poursuite de la croissance généralisée de l’économie de la zone euro et une hausse progressive des tensions inflationnistes » explique Mario Draghi lors de sa conférence de presse.

Pour l’institution européenne, « les risques pesant sur les perspectives de croissance de la zone euro peuvent encore être considérés comme globalement équilibrés » mais pour les investisseurs c’est une autre histoire.

Les marchés ne semblent pas vraiment convaincus, particulièrement avec les récentes données montrant une chute de l’activité à un plus bas en 25 mois et les nombreuses tensions entre l’Union Européenne et ses membres, notamment l’Italie et le Royaume-Uni.

Qu’attendre de l’EUR/USD cette semaine?

Alors qu’il y a 1 mois la paire EUR/USD formait un sommet à 1,1816 $ – son plus haut niveau depuis juin 2018, elle a depuis fortement chuté pour atteindre son plus bas niveau à 1,1335 $ vendredi dernier – niveau précédemment atteint lors de la forte baisse du mois d’août 2018.

Après avoir accéléré sa dégringolade vendredi, la paire EUR/USD a finalement terminé dans le vert effaçant les pertes de la séance du jour et celles de la journée de trading précédente.

Alors que le marché approchait de son plus bas niveau depuis août dernier, de nombreux investisseurs techniques sont entrés sur le marché vendredi autour de l’important niveau des 1,1335 $, ce qui a favorisé ce rebond. D’un point de vue fondamental, un rapport a montré que l’inflation américaine serait plus faible que ce que la Fed anticipe, ce qui a pesé sur le Dollar Américain et soutenu l’EUR/USD.

eurusd

La probabilité que les cours puissent « respirer » dans les prochains jours a augmenté vendredi avec le rebond, ce qui pourrait entrainer de nombreuses opportunités de trading.

Dans cette optique, les cours pourraient atteindre le haut du canal en direction des premières résistances à 1,1471 $ et 1,1537 $. À l’inverse, si les cours continuaient de baisser, ils évolueraient en direction des deux prochains supports à 1,1337 $ et 1,1284 $, ce qui pourrait ensuite accélérer leur chute.

Plusieurs statistiques à suivre cette semaine

Alors que les traders se demandent si les cours vont poursuivre leur recul ou si la paire va pouvoir relancer sa tendance, plusieurs indicateurs devraient entrainer une certaine volatilité sur les marchés et influencer les cours dans une direction ou dans l’autre :

  • Mardi 30 octobre – 11h00 : PIB de la Zone Euro – 3e trimestre
  • Mercredi 31 octobre – 11h00 : Inflation de la Zone Euro – Octobre
  • Vendredi 2 novembre – 14h30 : Rapport de l’emploi aux Etats-Unis (NFP, taux de chômage, évolution du salaire moyen, etc.)

Au niveau géopolitique, les traders suivront de près toute avancée concernant un accord sur le Brexit ou le nouveau budget italien, ainsi que la situation en Arabie Saoudite, celle des relations commerciales entre les Etats-Unis et la Chine et les résultats des entreprises car ces évènements pèsent actuellement sur le sentiment, font baisser les bourses mondiales et influencent fortement les différentes devises.

Le CAC 40 baisse de 10 % en un mois. L’Italie peut-elle intensifier cette chute?

Alors qu’il semblerait que le mois d’octobre soit statistiquement le mois pendant lequel l’indice parisien finit le moins dans le rouge, l’histoire montre également que lorsque le mois d’octobre est baissier, il l’est fortement. Lors de la crise des subprimes, le mois d’octobre 2008 avait vu le Cac 40 chuter de plus de 13 %.

L’indice phare français est tombé hier sous la barre symbolique des 5 000 points pour la 1ère fois cette année dans un volume de trading important, perdant 10 % depuis son sommet atteint il y a un mois et 12 % depuis son plus haut de l’année atteint en mai dernier. Au plus bas depuis mars 2017, hier représentait la 9ème séance de baisse en 10 jours pour le CAC 40.

cac

En pleine saison des résultats, les entreprises françaises déçoivent les investisseurs, notamment dans leurs perspectives, ce qui laisse penser que les craintes d’un ralentissement économique mondial sont bien fondées.

Le contexte des tensions géopolitiques entre Washington et Pékin, ou encore entre l’Arabie Saoudite et l’Occident, pèse également sur le sentiment, sans parler de la décision sans précédent de la Commission Européenne qui a rejeté hier le budget italien.

L’Italie doit présenter un nouveau budget d’ici 3 semaines

Le rejet du projet de budget 2019 de l’Italie est une mesure sans précédent contre un pays de la zone euro mais la Commission Européenne a affirmé que les objectifs du pays en matière de déficit et de croissance constituaient une menace importante pour la stabilité économique des pays de la Zone Euro. L’Italie dispose maintenant de 3 semaines pour présenter un budget révisé qui ne va pas « à l’encontre de ses engagements ».

Cette décision de l’Union Européenne intervient dans un contexte de problèmes économiques et politiques croissants en Italie. En effet, la coalition, formée par Matteo Salvini – ministre de l’intérieur italien et Luigi Di Maio – vice-premier ministre italien, a majoritairement été élue sur la promesse de redéfinir les relations de l’Italie avec l’Europe et elle pourrait donc considérer ce rejet comme une sorte de victoire.

Pour exister, l’actuel gouvernement italien a besoin d’ennemis et l’Europe joue ce rôle à la perfection avec ses règles de souveraineté et ses mesures d’austérité et de restriction. À la suite de la décision de la Commission, le vice-premier ministre italien a déclaré sur Facebook : « C’est le premier budget italien que l’UE n’aime pas. Je ne suis pas surpris. C’est le premier budget italien qui a été réalisé à Rome et non à Bruxelles ».

L’Italie – Un risque grandissant pour les marchés européens qui pèse également sur l’économie italienne

Au-delà de Rome et de Bruxelles, les investisseurs influencent également les marchés financiers et ont récemment envoyés les spreads obligataires italiens à des niveaux insoutenables.

Cette situation pourrait négativement impacter l’économie du pays, alors même que les deux partis populistes au pouvoir se sont toujours considérés comme les dirigeants qui feraient de l’Italie un pays qui ne serait plus dominé par les spreads…

Le spread peut augmenter même lorsque les taux d’emprunt baissent et l’élargissement du spread entre la dette italienne et allemande indique que les investisseurs pensent que la dette publique italienne est plus risquée qu’auparavant par rapport à la dette allemande considérée comme sûre.

Les craintes d’une propagation au reste de la Zone Euro impactent le sentiment des marchés

Cet élargissement du spread est une représentation de l’inquiétude des investisseurs vis-à-vis des perspectives d’un pays et pèse sur les marchés européens et sur l’Euro, tout comme le font les craintes d’une propagation au reste de la Zone Euro.

Au final, ce qui inquiète les investisseurs c’est la possibilité d’une sortie de la Zone Euro et c’est une question non négligeable surtout lorsque l’on voit comment les négociations autour de la sortie de la 2ème puissance européenne se passent.

Vendredi dernier, l’agence de notation Moody’s a décidé de baisser la note de l’Italie de « Baa2 » à « Baa3 » – niveau juste au-dessus de la catégorie spéculative qui signifie que le risque de non-remboursement est élevé. Pour Moody’s, « les projets de mesures budgétaires et économiques du gouvernement ne constituent pas un agenda cohérent de réformes qui pourront permettre de résoudre les problèmes de croissance décevante ».

L’Italie souhaite-t-elle réellement rester dans la Zone Euro ? Le gouvernement italien et les Italiens veulent-ils la même chose ?

Les discours du gouvernement italien et ses actions semblent parfois contradictoires.

Après avoir basé sa campagne sur les défauts de la monnaie unique et les nombreux désavantages liés au côté supranational de la Commission et des autres instances européennes, le gouvernement actuel dit ne pas vouloir quitter l’Europe ni l’Euro.

Mais alors que le ministre de l’économie et des finances italien, Giovanni Tria, a beaucoup bataillé pour convaincre les investisseurs que l’économie italienne était saine, l’objectif de déficit du budget adopté est plus élevé que ce qui est jugé acceptable par l’Europe surtout pour l’un des pays européens les plus endettés. D’après les statistiques d’Eurostat, l’Italie serait le pays avec la dette la plus importante de l’Union Européenne après la Grèce avec une dette qui excéderait 130% du PIB à la fin du 1er trimestre 2018.

EUR/GBP : l’absence d’accord entre le Royaume-Uni et l’UE pèse sur la livre sterling

Alors que le Sommet Européen aurait pu être le « sommet de la dernière chance » pour que le Royaume-Uni et l’Europe tombent d’accord sur les « conditions du divorce », le Sommet a finalement abouti à un « no deal ». Un accord est maintenant attendu en novembre ou en décembre pour éviter un « no deal » le 29 mars 2019, date à laquelle le Brexit sera effectif.

Le Brexit et la frontière entre l’Ireland du Nord et la République d’Ireland

Depuis bientôt deux ans, le Royaume-Uni tente d’avancer sur sa sortie de l’Europe mais la question de la frontière entre la République d’Irlande et l’Irlande du Nord reste un point épineux. En effet, l’Irlande du Nord fait partie du Royaume-Uni alors que la République d’Irlande fait partie de la Zone Euro. Une fois le Royaume-Uni sortie de l’Union Européenne (UE), celle-ci s’attend à ce qu’une forme de contrôle soit mise en place à la frontière entre les deux pays.

La situation de l’Irlande n’est pas le seul obstacle dans les négociations

Il y a encore beaucoup de questions qui restent sans réponses :

  • les droits des citoyens européens vivant au sein du Royaume-Uni,
  • les droits des citoyens britanniques vivant dans l’UE,
  • la manière d’allouer les fonds non dépensés reçus de l’Union Européenne,
  • la fermeture et la relocalisation des agences européennes basées au Royaume-Uni,
  • les accords de sécurité transfrontaliers,
  • les exigences en matière de contributions financières et de respect de la législation communautaire,
  • le dégrée d’influence du Royaume-Uni sur les règles et réglementations communautaires.

Qu’est-ce qu’un hard Brexit ?

Si le Royaume-Uni ne souhaite pas accepter les quatre libertés garanties par le marché unique de l’UE, à savoir la libre circulation des biens, des personnes, des services et des capitaux, ni participer aux budgets de l’UE ou respecter la législation européenne, alors l’option la plus probable serait d’adopter un hard Brexit.

Un hard Brexit, ou Brexit dur, caractérise une situation dans laquelle le Royaume-Uni favorise une solution qui lui permettrait de diminuer au maximum sa relation avec l’Union Européenne.

Cela signifierait probablement que le Royaume-Uni pourrait faire partie de l’Organisation Mondiale du Commerce pour commercer avec ses partenaires de l’UE. Les exportations britanniques seront alors soumises à des droits de douane, ce qui les pourrait rendre plus difficiles (et plus chères). Les investissements dans le pays pourraient chuter tout comme sa compétitivité. D’un autre côté, le Royaume-Uni n’aurait pas à payer de contributions à Bruxelles, ni à adhérer aux lois sur la libre circulation.

EUR/GBP: Une absence d’accord entre le Royaume-Uni et l’UE impacterait la paire

Quelle que soit l’option choisie par le Royaume-Uni (hard Brexit vs. soft Brexit), il est important que cette nouvelle relation avec l’UE soit décidée pour éviter d’entrer dans un flou juridique.

C’est une décision importante qui doit d’abord être ratifiée avant d’être mise en œuvre. L’accord doit être approuvé par le Conseil Européen et approuvé par un vote à la majorité simple du Parlement Européen des 27 États membres. Ensuite, l’accord doit être ratifié par le Parlement britannique.

EUR/GBP

L’EUR/GBP profite des incertitudes liées à la situation actuelle du Royaume-Uni. La livre sterling a perdu du terrain pendant le Sommet Européen en raison des craintes grandissantes qu’aucun accord sur le Brexit n’allait être adopté et que le Royaume-Uni allait se trouver dans une « impasse ». Les données sur les ventes au détail au Royaume-Uni ne montrent aucun signe d’amélioration. Au contraire, les chiffres ont révélé une baisse des dépenses de consommation, ce qui pèse également sur le sentiment.

De quelles façons la crise italienne peut-elle affecter l’économie française?

Potentiel de croissance limité, remontée des taux d’intérêt, endettement massif, gouvernement instable et provocateur, créances douteuses, chômage massif… l’Italie semble représenter un risque majeur pour l’Union Européenne et pour la France ! Quelles conséquences pourraient avoir la crise de la dette italienne sur l’économie de l’Hexagone ?

Le FMI baisse ses prévisions de croissance pour l’économie mondiale et italienne

Les prévisions de croissance du Fond Monétaire International (FMI) montre que l’économie mondiale commence à s’essouffler, ce qui pourrait peser sur l’économie de nombreux pays européens, dont la France.

L’institution a revu à la baisse ses prévisions pour la croissance mondiale de 2018 et 2019 : 3,7 % contre 3,9 % précédemment.

Les principaux risques évoqués sont les conséquences de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine, mais aussi les inquiétudes concernant l’incapacité des gouvernements à réagir face aux crises potentielles auxquelles ils pourraient avoir à faire face.

Le FMI a abaissé ses prévisions de croissance pour la France à 1,6 % en 2018 et 2019, notamment face à une « demande extérieure plus modérée ».

Pour l’Italie, les prévisions restent inchangées à 1,2 % en 2018 et 1 % en 2019, mais ces prévisions restent plus faibles que celles prises en compte à Rome dans l’établissement de son budget. En effet, l’Italie a basé son budget sur une croissance de 1,5 % en 2019, 1,6 % en 2020 et 1,4 % en 2021.

L’Italie va-t-elle pourvoir élever son potentiel de croissance?

L’économie italienne doit faire face à de nombreux maux : une croissance structurelle faible, un chômage massif, un problème de compétitivité-coût, une dette colossale, un potentiel de croissance limité, peu de dynamique au niveau de sa productivité, etc.

Le risque majeur actuel concerne les conséquences de la mise en œuvre du programme de la nouvelle coalisation entre la Ligue et le M5S qui pourrait affecter l’économie italienne en remettant en cause la soutenabilité de sa dette.

En effet, le cœur du problème reste la faiblesse de la croissance italienne car les petites entreprises familiales, qui représentent le tissu économique de l’Italie, peinent à faire le poids face à une concurrence accrue, plus innovante et plus moderne.

Associée à une dette italienne importante, qui représente plus de 130 % du PIB malgré certains efforts budgétaires importants mis en place par Rome depuis les crises de 2008 et 2010, la faiblesse de la croissance ne permet pas de réduire la dette publique italienne.

Le FMI a récemment demandé au gouvernement italien « de maintenir les réformes faites sur les retraites et le marché du travail » car « une marche arrière sur les réformes ou la mise en œuvre de politiques qui nuiraient à la soutenabilité de la dette déclencherait une forte hausse du spread » a déclaré l’institution.

Rome reste une source d’instabilité pour les marchés

Pour les intervenants du marché, l’Italie reste une source d’incertitude qui pèse sur l’euro et sur les marchés, et dont les risques pourraient s’étendre aux autres économies européennes comme la France.

Le spread, qui représente l’écart entre les taux d’emprunt à long terme de l’Italie et de l’Allemagne, reste plus élevé qu’avant la formation du gouvernement italien anti-système.

L’augmentation récente des taux d’intérêt à 10 ans montre que les investisseurs réclament une prime de risque face à un degré d’incertitude et de risque plus élevé, ce qui alourdit à terme davantage la charge de la dette italienne. Hier, il a atteint 315 points à la mi-journée avant de se resserrer – son plus haut niveau depuis avril 2013.

En cas d’aggravation de la crise italienne, un phénomène de contagion pourrait gagner la France

Une remontée généralisée des taux à long terme pèserait sur la croissance de l’ensemble de la zone euro, dont la France. En effet, son profil est proche de celui de l’Italie avec un endettement important, un excès de dépenses publiques, un problème de compétitivité et d’investissement des entreprises, ce qui signifie que l’économie française ne serait pas épargnée.

Les banques françaises pourraient subir l’augmentation de l’emprunt d’Etat italien à 10 ans qui est passé de 2,842 % le 26 septembre 2018 à 3,57 % le 8 octobre dernier. En effet, ces établissements bancaires sont souvent des créanciers importants de l’Italie.

Les banques françaises pourraient avoir une exposition cumulée de près de 30 milliards d’euros notamment via leurs filiales locales, ce qui pourrait fortement faire baisser le cours des valeurs bancaires à la Bourse de Paris.

En effet, on ne peut pas exclure le risque que la capacité de remboursement de Rome diminue fortement au point de disparaître. Bien sûr, la Banque Centrale Européenne interviendrait certainement dans une telle situation avec certains programmes (programme de rachat de dette (QE) ou opérations monétaires sur titres (OMT)) pour contenir les risques.

Actuellement, la France bénéficie d’une certaine « complaisance » de la part des marchés car le taux d’intérêt de l’emprunt de la France à 10 ans atteint 0,897 % quand celui de l’Italie évolue au-dessus de 3,57 %.

Cependant, une remontée généralisée et continue des taux d’intérêt à long terme en Zone Euro pourrait entrainer une contagion de la crise italienne vers l’économie française, ce qui affecterait sa croissance et son déficit.

L’Italie se dirige-t-elle vers une nouvelle crise grecque ? Se dirige-t-on vers une nouvelle crise de l’euro ? L’Euro serait-il en train de détruire l’Europe ? Peut-on parler d’Italexit?

Les investisseurs continueront de surveiller les réactions de l’Italie et de Bruxelles concernant cette situation de dérapage budgétaire ainsi que tout questionnement et remise en cause de la Zone Euro et son fonctionnement.

Analyse hebdomadaire EUR/USD – Le risque d’un biais baissier toujours présent

La semaine dernière, le marché de la dette souveraine – qui fluctue en fonction du différentiel de taux entre les grandes nations du monde – a négativement impacté la paire EUR/USD qui se situe désormais autour de l’important support à 1,1500 $.

D’où vient ce biais baissier?

Bien que l’euro soit une monnaie dominante, elle reste tout de même une devise fragile soumise à de nombreux risques géopolitiques et économiques.

La baisse récente résulte notamment de l’annonce d’un budget italien dépassant les limites d’endettement autorisées par Bruxelles, renforçant l’écartement des spreads entre les taux longs allemands et italiens.

Il ne faut pas oublier l’évolution de l’inflation en Zone Euro.

Mario Draghi, gouverneur de la Banque Centrale Européenne (BCE), a déclaré en septembre dernier une « reprise relativement vigoureuse de l’inflation sous-jacente », ce qui a soutenu l’euro à court-terme.

En revanche, la publication de l’inflation dans la Zone Euro pour le mois de septembre a été décevante, ce qui a fait chuté la monnaie unique. En effet, bien que l’inflation principale soit de 2,1 % en septembre, notamment grâce à l’augmentation récente des prix de l’énergie, l’inflation sous-jacente s’est établie à seulement 0,9 % (alors que le consensus visait une hausse de 1,1 %).

D’un autre côté, le Dollar Américain est haussier car il profite d’une économique en hausse, d’une situation de l’emploi solide et d’une Réserve Fédérale encline à continuer la remontée de ses taux directeurs pour réduire le soutien monétaire qu’elle apporte à l’économie américaine.

Vendredi dernier, le département du travail américain a fait état de 134 000 créations d’emplois dans le secteur non agricole pour le mois de septembre – chiffre plus faible que les 185 000 anticipés mais qui reste tout de même positif. Le taux de chômage aux Etats-Unis a également baissé à 3,7 % – son plus bas niveau depuis 1969.

L’autre aspect positif qui ressort de ce rapport concerne les chiffres des deux mois précédents qui ont été revu en forte hausse, sans compter que selon l’institut de recherche ADP, les données hebdomadaires sur les demandes d’allocation chômage aux Etats-Unis ont également chuté à leur plus bas niveau depuis 1969 la semaine dernière.

Toutes ces données sont d’une extrême importance pour la Fed

Le rapport sur le NFP (Non-Farm Payroll, ou nombre d’emplois créés dans le secteur non agricole) représente certainement le chiffre le plus puissant parmi les différentes données économiques disponibles aux Etats-Unis.

En effet, ce rapport a la capacité de faire bouger le marché des changes car les membres de la Fed portent une attention particulière à ce chiffre qui constitue l’un des piliers les plus importants de sa politique économique et monétaire. Rappelez-vous que la Fed a un double mandat de plein emploi et de stabilité des prix.

Comme nous l’avions expliqué dans une analyse précédente, la Fed a augmenté la semaine dernière l’objectif de son taux directeur qui se situent désormais dans la fourchette de 2 % à 2,25 %.

D’après les membres du FOMC, les données économiques sont positives et une nouvelle hausse des taux devrait être attendue cette année – les investisseurs doivent également anticiper 3 hausses de taux l’année prochaine.

Par conséquent, la courbe des taux aux Etats-Unis remonte et atteint même des nouveaux records avec le rendement des bons du Trésor américain (T-Notes and T-Bonds) à 2 ans et à 10 ans atteignant respectivement 2,90 % et 3,23 % – plus haut niveau depuis 2008 pour le 2 ans et 2011 pour le 10 ans.

La divergence des politiques monétaires américaines et européennes affecte l’EUR/USD

Les tendances des taux d’intérêt qui se dessinent reflètent les divergences macro-économiques entre la Zone Euro et les Etats-Unis, ce qui provoque une divergence accrue des politiques monétaires entre celle de la Fed et celle de la BCE.

Cette divergence reste l’élément le plus important à surveiller lorsque vous investissez sur l’EUR/USD.

EUR/USD Daily Chart

En effet, les Etats-Unis ont commencé à normaliser leur politique monétaire en 2015 avec l’arrêt des stimuli monétaires et la remontée de leurs taux Fed Funds, alors que la Zone Euro continue de soutenir l’économie européenne avec son programme d’assouplissement quantitatif (QE) et des taux directeurs à 0 %.

Depuis le début de l’année, le Dollar U.S. est globalement haussier face à un panier de devises, alors que l’euro doit faire face à de nombreux challenges au sein de ses pays membres comme le Royaume-Uni et le Brexit ou l’Italie et son budget.

Après avoir atteint les 1,2500 $ début 2018, la paire EUR/USD a fortement baissé jusqu’à atteindre 1,1301 $ en août et évolue actuellement entre 1,1500 $ et 1,1800 $ depuis juin.

Depuis le 26 septembre, les prix ont baissé pendant une semaine et sont passés de 1,1775 $ à 1,1482 $, cassant à la baisse la moyenne mobile à 20 jours.

Le risque principal à surveiller reste l’évolution de la paire au niveau des 1,1500 $ – niveau considéré comme un point pivot moyen.

Si les prix venaient à casser ce support, ils pourraient évoluer à la baisse vers les 1,1200 $. En revanche, s’ils continuaient d’évoluer vers le haut, ils pourraient se diriger vers le niveau 38.2 des retracements de Fibonacci à 1,1594 $, puis vers la moyenne mobile simple.

La dette italienne pèse sur le CAC40

L’indice CAC 40 a perdu du terrain vendredi avec un secteur bancaire sous pression, lui-même affecté par la situation de la dette italienne qui atteint des niveaux supérieurs à celui du précédent exécutif.

Après avoir perdu 0,85 % vendredi, l’indice phare tricolore a commencé le dernier trimestre 2018 en légère hausse (+0,24 %) mais les valeurs financières françaises comme BNP Paribas, Société Générale ou Crédit Agricole étaient toujours en recul, limitant la timide avancée du CAC40.

L’annonce d’un accord sur un déficit à 2,4 % du Produit Intérieur Brut (PIB) italien pour les trois prochaines années par la coalition populiste au pouvoir (M5S/Ligue) a eu l’effet d’une douche froide sur les marchés européens qui s’inquiètent du niveau d’endettement de la 3e puissance économique européenne.

L’Italie et le spectre d’une nouvelle crise de la dette

Pour les dirigeants européens la situation en Italie est critique et semble prendre la direction de celle vécue par la Grèce il y a quelques années.

Jean-Claude Junker, président de la Commission Européenne, a prévenu Rome que la situation n’était pas acceptable car ses projets de dépense budgétaire ne permettaient pas d’atteindre les objectifs de réduction de la dette publique italienne.

« L’Italie s’éloigne des objectifs budgétaires que nous avons approuvés en commun au niveau de l’UE. Je ne souhaite pas qu’après avoir surmonté la crise grecque, nous retombions dans la même crise en Italie. Une crise de ce genre nous a suffit », a déclaré Jean-Claude Juncker.

De son côté, le Commissaire Européen à l’Économie, Pierre Moscovici, a souligné l’importance pour les pays européens de respecter les règles budgétaires adoptées par l’Union Européenne. Lorsque le déficit budgétaire d’un membre de la Zone Euro est supérieur à 3% de son PIB, ou si sa dette dépasse 60% de son PIB sans diminuer de manière continue, alors l’Europe doit sévir.

D’après les statistiques d’Eurostat, l’Italie serait le pays avec la dette la plus importante de l’Union Européenne après la Grèce. En effet, la dette italienne excéderait 130% du PIB à la fin du premier trimestre 2018.

Une potentielle crise avec Bruxelles entrainerait une plus grande volatilité

La Commission Européenne qui doit examiner le projet du budget italien mi-octobre juge d’ores et déjà qu’il ne respectera pas les règles établies pour l’ensemble des membres de l’Union Européenne, ce qui ne semble pas déranger le gouvernement italien. Rome a deux semaines pour réviser son budget.

Matteo Salvini, vice-Premier ministre, a fait savoir que l’opinion de Bruxelles ne comptait pas et que si le projet de budget présenté par Rome était refusé, il le ferait « quand même ».

Ce bras de fer représente le « ras-le-bol » et la défiance de l’opinion italienne vis-à-vis des institutions européennes et de leurs règles, notamment sur les questions migratoires, budgétaires et économiques. Le but n’est pas de provoquer une sortie de l’euro, mais de faire en sorte que les élections européennes de mai 2019 portent au Parlement Européen davantage de députés partageant les idées souverainistes et anti-immigration de l’Italie.

Dans tous les cas, la volatilité sur les marchés pourrait donc s’intensifier car le bras de fer avec Bruxelles pourrait être sur le point de s’accélérer. L’euro et les indices boursiers européens pourraient fortement baisser dans les semaines à venir en fonction des mesures prises par Bruxelles, de la réaction du gouvernement italien et du spread entre les taux d’emprunt allemands et italiens.